Club d'Invention d'Histoires [C.I.H] V2!

Venez participer à la vie de votre club.

Modérateur: Modérateurs

Règles du forum
Règles à lire avant de poster.

Re: Club d'Invention d'Histoires [C.I.H] V2!

Messagepar Lena » 26 Juil 2015, 00:26

Aaah je lirais demain ♥
MALMDL
Image
Avatar de l’utilisateur
Lena
Légende Vivante
 
Message(s) : 3367
Enregistré le: 18 Août 2014, 13:01

Re: Club d'Invention d'Histoires [C.I.H] V2!

Messagepar onikichi-san » 26 Juil 2015, 18:34

Tamika a écrit:C'est pas que Sachi et moi on est dans la merde mais c'est tout comme ... j'ai commencé aujourd'hui lol

EDIT : J'ai fini, c'est baclé mais c'est fini :D Donc ce sera pas de la grande littérature mais ça à le mérite de me faire rire, c'étai déjà ça, au moins je suis contente de partager ma merde :wheartbeat:

Spoiler: Voir
Les contes défaits de Tamika


Il était une fois, dans un pays pas si lointain que ça nommé la Belgique, une reine don la bonté n’égalait que sa beauté. Cette femme, dont le nom ne pouvait être que Lena, aimait les balades dans la neige par-dessus tout. Cette étendue pâle et scintillante la fascinait au plus haut point tant et si bien qu’elle voulut une fille au teint aussi blanc que la neige. Son veux fût exaucé car, lors d’une belle nuit enneigée, une petite princesse naquit, son nom était Baarzourlalgulf, plus connue sous le pseudonyme de « Baarzou ». Hélas, Le bonheur de Lena fut de courte durée car telles les lois immuables des contes de fée, lors de la naissance de la princesse, elle mourut en couche.

Une année passa. Durant cette année, le roi n’avait eu de cesse de trouver une belle-mère à sa chère et tendre Baarzou. Il réussit à obtenir la main de la jeune Tamika de la Truite-Latineuse après avoir dilapidé la moitié de la trésorerie royale. « Quitte à vendre sa fille, autant le faire à bon prix » pensait le père de Tamika. C’était ainsi que le roi accompagné de sa nouvelle épouse rentra au château afin de consommer le mariage. Consommation qui déplu fort à la jeune demoiselle tout juste âgée de 16 ans. Sévices après sévices, la jeune reine vit son cœur s’aigrir et se ratatiner puis tomber en poussière. Elle n’avait plus rien. Elle n’était plus rien mis à part le jouet favori de ce roi rendu fou par la mort prématurée de sa Lena bien-aimée. La seule chose que Tamika pouvait encore faire en ce bas monde était d’être la plus belle du royaume et ce, par n’importe quel moyen. C’était ainsi que la passion morbide de la jeune femme avait commencée. A l’aide de son miroir magique et de cette phrase rituelle « Miroir, mon beau miroir, qui est la plus belle d’entre toutes ? » elle faisait chasser les plus belles femmes du royaume et enfermait leur cœur dans une boite. Ce que personne ne savait, c’était qu’une fois livré à la reine, le cœur était mangé par cette dernière. Cet acte de cannibalisme faisait partie d’un rituel de magie noir destiné à procurer une beauté et une jeunesse sans pareil à quiconque exécutait le sort.

Tout se passait pour le mieux dans le meilleur des mondes pour Baarzou. Son père était un papa-gâteau qui lui offrait tout ce qu’elle désirait mais elle n’en abusait jamais, sauf quand il s’agissait de glace et sa nounou, Momo-k, était la femme la plus adorable de ce monde. Elle était heureuse et surtout, elle était aimée.

Hélas, un beau jour ou un horrible jour, tout dépend du point de vue, le roi s’éteignit et partit rejoindre ses prédécesseur dans le ciel étoilé. « Ton père le roi veillera toujours sur toi » avait dit Momo-k et Baarzou l’avait crue tout en séchant ses larmes. Mais Momo-k disparut bien vite après la mort du roi, laissant seul la pauvre petite Baarzou. Après la mort de sa nounou, la vie paisible de la princesse changea pour devenir une vie de maltraitance et de servitude. En grandissant, elle perdit son sourire, ses cheveux devinrent ternes tout comme ses yeux mais malgré cela, elle devint tout de même la femme la plus belle du royaume, chose que ne pouvait tolérer son infâme belle-mère.

Par un soir d’hiver, Ryu, le fils caché de la reine, vint prévenir Baarzou du danger qui la guettait. Au départ, effrayée par la monstruosité du messager, la princesse dont le cœur était infiniment bon fut attendrit par cet être dont personne ne voulait, en particulier sa mère. Elle écouta attentivement ce que le jeune garçon lui avoua. Au fur et à mesure du récit, les yeux de la princesse s’écarquillèrent d’effroi. « Sa majesté ma belle-mère ne peut-être comme ça ! » pensait la jeune femme mais elle n’était pas au bout de ses peines. Ryu ne s’était pas arrêté après avoir parlé des rituels de magie noir, il en était maintenant aux expériences de la reine. Tamika se livrait à beaucoup d’expériences qui viraient, pour la plupart, à la catastrophe et cela, on pouvait en juger par la difformité de Ryu, cobaye attitré. Ce fut trop de révélation pour le pauvre petit cœur de Baarzou, elle fondit en larme. Ryu, difforme et attardé mais possédant une bonté sans pareil, s’empara de la princesse et la fit quitter le château sur son dos. Il l’emmena à l’orée de la forêt puis partit, la laissant de nouveau seul et ce, en pyjama dans la froideur d’une nuit d’hiver. C’était une Baarzou en pleur et frigorifié qui partit à la recherche d’un endroit où passer la nuit. Son corps était endolori par le froid et elle n’arrivait plus à avancer quand, semblant fendre le silence de la nuit, une chanson se fit entendre :

« Heigh-ho, heigh-ho, heigh-ho, heigh-ho
Heigh-ho
Heigh-ho, heigh-ho
On rentre du boulot!

Heigh-ho, heigh-ho
Heigh-ho, heigh-ho
Heigh-ho, heigh-ho
On rentre du boulot! »


Le cœur de la princesse fit un bon dans sa poitrine. « Enfin âme qui vive, mon Dieu je suis sauvée ! » pensait la jeune femme. Elle se précipita vers la source du son qu’elle entendait. Elle courait, trébuchait, se heurtait aux arbres et aux rochers mais elle se relevait bien vite et continuait sa course folle vers cet espoir. Une fois arrivée, la princesse fut prise de terreur. Des gobelins ! Tout espoir disparu dans les yeux de Baarzou. Les gobelins étaient des êtres abjects qui préfèreraient la vendre à la reine en échange d’un peu d’or. La jeune femme se détourna de la cohorte de gobelins et continua son chemin. Au final, rester au château et y mourir ou s’échapper et mourir de froid, c’était kif-kif bourricot. Perdue dans ses pensées, Baarzou ne vit pas un lapin d’un blanc immaculé se faufilé entre les arbres. Ce n’était que lorsque ce dernier la bouscula qu’elle se rendit compte de sa présence.

« En r'tard, en r'tard
J'ai rendez-vous que'que part
Je n'ai pas le temps de dire au revoir
Je suis en r'tard, en r'tard » dit le lapin en s’en allant.


Baarzou sauta sur ces pieds et poursuivit le lapin. Si jamais il y avait une chance de survivre, elle la pourchasserait ! Elle finit par attraper le lapin. Que faire avec ? Le manger cru et se servir de sa fourrure comme chaussures ? Non, sa mère bien-aimée n’aurait jamais accepté une telle cruauté. Elle opta donc pour la demande protocolaire : « Veuillez m’excuser pour ma rustrerie mon brave mais sauriez-vous où puis-je bivouaquer cette nuit ? »

« Non, non, non, non, non
Quelqu'un m'attend
Vraiment c'est important
Je n'ai pas le temps de dire au revoir
Je suis en r'tard, en r'tard » fit le lapin en se dégageant de la prise de la princesse.


Cette dernière, folle furieuse se promis mais un peu tard qu’on ne l’y prendrait plus. Elle continua son voyage, le ventre creux et sans chaussures en prime. Trop occupée par ce qu’elle ferait au prochain qu’elle trouverait, Baarzou ne vit pas l’immense crevasse qui se trouvait juste devant elle. Elle tomba dedans, les deux pieds en avant et se brisa la colonne vertébrale en deux. Elle avait mal, elle avait faim et elle avait froid excepté aux jambes qu’elle ne sentait plus. Elle ne pouvait plus qu’observer le ciel étoilé, cette voute céleste qui devait abriter son père et sa mère, ces étoiles qui devaient la protéger selon Momo-k … Baarzou eut un rictus de mépris. Sa nounou c’était bien jouée d’elle. Elle se rappelait de ce que Momo-k lui chantait quand son père est mort, un tissu de mensonge qui la consolait toujours. Elle entâma la chanson d’une voix rauque presque éteinte :

« Il vit en toi
Il vit en moi
Toujours il veille
Sur ce que tu vois
Dans l'eau qui part
Comme un miroir
Même dans ton reflet
Il vit en toi.
Comme un miroir
Même dans ton reflet
Il vit en toi »


A la fin de la chanson, Baarzou éclata de rire tel une possédé. « Ben il mourra pour de bon avec moi » pensait-elle. C’était bizarre, elle ne pouvait plus s’arrêter de rire, se rire incontrôlable qui lui sortait de la gorge, n’était pas le sien. Elle avait peur et dans un dernier sursaut de conscience, elle se dit qu’au moins, elle partirait en faisant chier 2 personnes : La reine qui ne pourrait pas renouveler son sort et qui finirait par tomber en poussière ainsi que la mort qui la regardait avec indignation. « Comment cette moins que rien pouvait-elle se moquer de moi ? » pensait la mort avant de se saisir de l’âme de la défunte. Un filet argenté sortit des orbites de la dépouille ainsi que de sa bouche. Cette fumée tournoya un instant dans l’air glacé de la nuit avant de se compresser et de donner une forme fantomatique, celle de Baarzou. La mort et le fantôme de la princesse s’envolèrent tout en chantant :

« Rêve ta mort en couleurs
C'est le secret du bonheur
Rêve que tu as des ailes
Hirondelle ou tourterelle
Et là-haut dans le ciel
Tu t'envoles, tu t'envoles, tu t'envoles »


FIN



wouah alor c'est complètement déjantée tellement qu'un moment je m'en suis perdue :kxD: sinon moi j'aime pas trop l'ambiance conte fantastique mes chacun ses gout
:mrgreen: ensuite pour ma part a titre uniquement personnelle a toi de me dire se que t'en pense j'aime bien identifier les personnage a des gens que je connais mais sans les nommer directement ce que toi tu a fait apré je ne le critique c'est un choix personnelle et certain apprécie surement :mrgreen:


et puis sinon contrairement a moi ta une bonne maîtrise de la syntaxe et des temps :kxD: tamisyntaxe sensei
les faute ben je peut pas dire car moi je suis surement le pire :kxD:
et le vocabulaire alor la ce qui est marrant c'est que le style que tu emploie ressemble beaucoup au mien
quant j'écris quelque chose sauf pour mon dernier écrit le chaperon rouge et bien j'ai un style de vocabulaire beaucoup situé dans le lyrisme les couleur les
paysage tout ça

sinon j'ai beaucoup apprécier a oui et l’idée de mélanger plusieurs conte et tout bonnement génial bravo de ta part
Image
Avatar de l’utilisateur
onikichi-san
Pillier de Comptoir
 
Message(s) : 2143
Enregistré le: 03 Août 2013, 23:52
Localisation : ZA WARUDO!!!!!

Re: Club d'Invention d'Histoires [C.I.H] V2!

Messagepar GrainderiZ » 27 Juil 2015, 12:16

Ohhh, ça arrive, ça arrive !!! :kyay:
Je lirai vos histoires quand tous les participants auront posté la leur... :kglinse:
Image
"Un grain de riz peut faire pencher la balance, un homme peut faire la différence"
Avatar de l’utilisateur
GrainderiZ
Résident(e)
 
Message(s) : 568
Enregistré le: 27 Mai 2014, 22:19

Re: Club d'Invention d'Histoires [C.I.H] V2!

Messagepar onikichi-san » 27 Juil 2015, 14:03

dont la tienne non
Image
Avatar de l’utilisateur
onikichi-san
Pillier de Comptoir
 
Message(s) : 2143
Enregistré le: 03 Août 2013, 23:52
Localisation : ZA WARUDO!!!!!

Re: Club d'Invention d'Histoires [C.I.H] V2!

Messagepar Tamika » 27 Juil 2015, 14:11

Oniki, Sache que tu n'es pas le pire parmi nous, Tu fais quelques fautes parfois, oui, t'as certains problèmes de syntaxes MAIS ton inventivité, ton vocabulaire et ta façon d'écrire rattrape largement. De toute façon, a force de de faire corriger, tu pourrais atteindre le niveau de Baarzou et peut-être même celui de GDR !! (Oui, il fait parti des meilleurs qu j'ai lu)

EDIT : Voici ma re-correction

Spoiler: Voir
-Rude journée pour vous aussi n'est ce pas commissaire ?
Dit t'elle d'un ton étonnamment chaleureux


C'est beau, je suis fière de toi :kyahoo: ... Mais tu y étais presque. C'est :
"- Rude journée pour vous aussi n'est ce pas commissaire ? dit t'elle d'un ton étonnamment chaleureux."
Je suis contente parce que t'avais pensé à la majuscule en plus, nice progrès !

Comment tout a pu arriver si vite ? En moins de 4 mois j'avais beaucoup perdu. Pour commencer ma femme m'avait quitté car j'étais, selon elle devenue ennuyeux. Je venais de passer une salle journée, entre ma femme et son complice d'avocat, alors éreinté et énervé, je quitte leur petit rendez-vous pour rentrer chez moi, rejoindre ma mère et ma fille la ou seul mon dernier havre de bonheur réside. La police s'y trouvait déjà.


Nous revoilà à notre problème. Tu commence au présent et au beau milieu tu pars sur le passé. Ce n'est pas bon. De plus, comme ce sont des souvenirs qui n'ont rien a faire dans l'histoire même (le policier qui parlait à la prostitué), tu devrais trouver le moyen de scinder en deux ton texte, par exemple mettre en italique le paragraphe pour montrer que ça ne se passe pas en même temps ou mettre un grand "Flash Back" avant de commencer ton récit.

Mais pourquoi ? Peut-être pour fêter notre avancée dans l’enquête ? Nous venions de trouver une des planques de Wolf où circulait des filles et de la drogue.


Je réalisa que ce regard bleuté m'apportant chaque jour l'espoir de devenir une meilleure personne ,voire un meilleure père, venais pour toujours d’éteindre sa flamme. Une flamme éteinte par l’étreinte glaciale de la mort .


MAGNIFIQUE ! Cependant, je remplacerait tout de même un des "éteinte" par un verbe similaire car 2 fois le même mot, ça fait un peut lourd. Je te conseil : souffler ou même usurper. En cas de problème, le dictionnaire des synonyme d'internet est ton ami.

"Oeil pour oeil dent pour dent ton rejetons nous appartient maintenant..."


Pas de "s", il est seul le gosse.

Alors une vive douleur imprégna mon être ,elle ressemblait a l’inexorable chevauchée du fiacre funeste roulant sur les dernière partie de mon âme. Son bruit est comparable aux craquement de mes cote que je fit en m'effondrant sur le sol . alors les yeux tournée vers la voûte céleste j’observa longtemps le firmament .Ce ciel empli d'étoile en feu embrasa l'homme bon et juste que j’étais autrefois, pour laisser apparaître les cendre encore fumante d'un homme avide de vengeance.Mes yeux devinrent injecter de sang,puis se pétrifièrent dans un regard d'intense colère .


Tu me vends du rêve !! <3<3

J'étais visé. J'avais tout perdu ce soir là, amour, famille ,sens de la justice. Je savais qui avait fais ça tout le monde savait mais les preuve manquait a l'appel alors ils ont fermée les yeux .Suite à se genre d'événement, quand on perd goût à la vie comme moi, on retrouve finalement ce goût dans l'amertume d'un whisky...
remettons cette histoire a plus tard, il semblerait que nous soyons arrivé depuis déjà plusieurs minutes , je me trouve face a l'enseigne du Grand Loup. Sur la porte, l'écriteau indique "fermé" mais, de l'autre côtés des cris, des pleurs et des bruits de coups se laisse entendre. J'allume une cigarette et entre.


Bravooo je dis ! La transition entre le présent et le passé est chaotique mais tu y arriveras. Honnêtement j'adore !
Modifié en dernier par Tamika le 27 Juil 2015, 14:43, modifié 1 fois.
Image
Do I really look like a girl whit a writing plane ?
~ Lena the best ~


Spoiler: Voir
Image

Image

Image
Avatar de l’utilisateur
Tamika
Résident(e)
 
Message(s) : 404
Enregistré le: 05 Nov 2014, 19:16
Localisation : Belgique - dans les bras de mon homme

Re: Club d'Invention d'Histoires [C.I.H] V2!

Messagepar onikichi-san » 27 Juil 2015, 14:14

oui je suis au courant pour papy riz on a eu le droit a une confrontation poétique dans le topic des vdd il me semble
EDIT
Même que si tu veut aller jeter un coup d’œil je t'invite page
422

d'abord
et page

432
Image
Avatar de l’utilisateur
onikichi-san
Pillier de Comptoir
 
Message(s) : 2143
Enregistré le: 03 Août 2013, 23:52
Localisation : ZA WARUDO!!!!!

Re: Club d'Invention d'Histoires [C.I.H] V2!

Messagepar Aeichi » 27 Juil 2015, 20:05

Dites-donc jolies histoires :batrire:
C'est une bonne idée d'organiser ce genre d’événements

Je ne suis pas du club alors j'espère que ça n'embêtera pas que je fasse quelques remarques

onikichi-san a écrit:Thème; conte revisitée
conte choisi :le petit chaperon rouge
Spoiler: Voir
Il était une fois . voilà par quoi tout devrai commencer pour ma part mon histoire celle de l'affaire du red hood semble ne pas avoir de début.
laisser moi dans une pièce noire ou bien sur le tabouret d'un bar, et autour d'un verre de whisky et je vous raconterai cette histoire mon histoire .


Tout commence dans notre magnifique ville , un rire ne suffirait pas à vous montrer à quel point je suis ironique.
Wood s town est plus connu sous le nom de la forêt des buildings je ne me souviens pas avoir vu une seule fois la lumière du jour percer ses ruelles sombres c'est comme si la nuit avait prit possession de la ville et bâti un empire , un empire ou réside les criminels les plus infâmes qui m'a été donner de voir il suffit de lire les foutu rapport de la police pour voir à quel point nous sommes incompétent façe c'est monstre du crime et surtout un, le roi du marché de la prostitution
the wolf il est soupçonné d'avoir enlevé plusieurs femmes entre vingt et trente ans ,plus qu'une affaire de police j'en ai fait une affaire personnelle il se trouve qu'il m'a prit quelque chose
.je me nomme Jack,jack lumber un homme de quarante trois ans dans la force de l'âge je suis également le commissaire de cette ville on me nomme shérif l'imbiber ici vous comprendrez surement pourquoi.
voici maintenant plusieurs semaines que l'affaire n'avance plus je sors de mon bar habituel la face pleine de sang vous savez les bagarre d'ivrogne arrive souvent dans cette ville ,une fois jeter je décide donc de rentrer chez moi je marche dans les ruelles noires du côté des lampadaire,le béton semble fusionner avec mes jambes ou a chaque pas je m'enfonce, cela fait plusieurs jours que je n'ai pas eu une vraie nuit de sommeil j'espère que cette nuit sera la bonne ,mais je m'arrête au moment où j'aperçois une femme adosser contre un mur, une femme qui ne m'est pas inconnu, une femme au visage couvert de bleu, mais surtout une femme qui porte les habits d'une prostituée de wolf,les amis je crois qu'il est temps de retourner travailler .


onikichi-san a écrit:CHAPITRE 2 ENCORE UNE RUDE JOURNÉE

Spoiler: Voir
J'allume ma cigarette et m'approche pour engager la conversation. Je lui en propose une, un geste qu'elle semble apprécier. son sourire s'apparente a l'esquisse d'un merci et cela me convient parfaitement. Elle arrive à peine à allumer sa cigarette, ses mains tremblent. Elle me rend mon briquet avec difficulté, tout son corps vacille mais, bizarrement, sa voix était aussi claire que ses courts cheveux platinés.

-Rude journée pour vous aussi n'est ce pas commissaire ?
Dit t'elle d'un ton étonnamment chaleureux

Je réponds avec empathie :

-Oui en effet encore une ... Ce n'est pas la première fois que je vous croise dans cette rue ...

Lors de Ces quelques secondes de blanc, elle en profita pour récupérer la parole.

-Lily, je m'appelle Lily mais ... ce n'est pas non plus la première fois que je vous croise ici commissaire.

Dans un élan d'ironie je répondis:
-Oui, en effet, je fait mon travail . Votre teint est différent des autre jours dites, qui a bien pu vous faire ça ? "

Elle prit quelques secondes avant de répondre.
-Vous devez être la première personne qui se soucie de moi. Je vous aime bien commissaire. Venez donc me rendre visite au Grand Loup,venez voir ce qui s'y passe...
Elle me donna un plan tout en me souriant puis repartit, disparaissant derrière la lumière des lampadaires. Me voila maintenant en possession d'une nouvelle piste. Je pris quelques minutes de repos, histoire de souffler, et j'entrepris de me mettre en route vers cette boîte, marchant dans les ruelles malfamées du quartier des plaisirs. Mon ombre semble se mêler une fois de plus aux ténèbres de l'asphalte sur lequel je marche, la lumière tamisée des néons éclaire à nouveau mon chemin.

Comment tout a pu arriver si vite ? En moins de 4 mois j'avais beaucoup perdu. Pour commencer Ma femme m'avait quitté car j'étais, selon elle devenue ennuyeux. Je venais de passer une salle journée, entre ma femme et son complice d'avocat,alors éreinté et énervé, je quitte leur petit rendez-vous pour rentrer chez moi, rejoindre ma mère et ma fille la ou seul mon dernier havre de bonheur réside .La police s'y trouvait déjà. Mais pourquoi ,peut être pour fêter notre avancer dans l’enquête ? Nous venions de trouver une des planques de Wolf où circulait ses filles et de la drogues. J'avançai le cœur palpitant à pas incertains. J'eus le droit à une tape sur l'épaule et à un : “Toutes mes condoléances chef”. Mon visage se blanchi pour finalement se raidir instantanément dans une expression de peur et de colère. Malgré la fatigue, tout mon corps s'engagea dans une course effrénée jusqu'au pas de la porte. La force de cinq de mes collègue n'a pas suffi pour m'arrêter. La porte entre ouverte ne laissait rien voir de la scène. des bras liés ne peuvent ouvrir une porte, j’assénai alors un puissant coup de pied, qui la fit, au passage, voler en éclat. Le corps brûlée d'une femme âgée gisait par terre, un peu plus loin sur le sol, sa tête séparée du cadavre me regarde fixement . Et de ses yeux vide d'expression ,Je réalisa que ce regard bleuté m'apportant chaque jour l'espoir de devenir une meilleure personne ,voir ...un meilleure père, venais pour toujours d’éteindre sa flamme .une flamme éteinte par l’étreinte glaciale de la mort .

Puis je vis le sang sur le sol former un message :

"Oeil pour oeil dent pour dent ton rejetons nous appartient maintenant..."
Alors une vive douleur imprégna mon être ,elle ressemblait a l’inexorable chevauchée du fiacre funeste roulant sur les dernière partie de mon âme. Son bruit est comparable aux craquement de mes cote que je fit en m'effondrant sur le sol . alors les yeux tournée vers la voûte céleste j’observa longtemps le firmament .Ce ciel empli d'étoile en feu embrasa l'homme bon et juste que j’étais autrefois, pour laisser apparaître les cendre encore fumante d'un homme avide de vengeance.Mes yeux devinrent injecter de sang,puis se pétrifièrent dans un regard d'intense colère .

J'étais visé. J'avais tout perdu ce soir là, amour, famille ,sens de la justice. Je savais qui avait fais ça tout le monde savait mais les preuve manquait a l'appel alors ils ont fermée les yeux .Suite à se genre d'événement, quand on perd goût à la vie comme moi, on retrouve finalement ce goût dans l'amertume d'un whisky...
remettons cette histoire a plus tard, il semblerait que nous soyons arrivé depuis déjà plusieurs minutes , je me trouve face a l'enseigne du Grand Loup. Sur la porte, l'écriteau indique "fermé" mais, de l'autre côtés des cris, des pleurs et des bruits de coups se laisse entendre. J'allume une cigarette et entre.


Pour la première partie j'ai trouvé que tu avais de bonnes idées, mais que dût à l'aspect un peu brouillon du texte, elles devenaient difficile à comprendre parfois. Malgré ça j'ai ressenti une ambiance un peu sombre et mélancolique en lisant ton texte (qui colle bien avec la partie deux de ton histoire où il est question de vengeance et d'enquête sur des criminels). J'aime bien les histoires comme ça où est mis en avant un anti-héros :batoui:
Pour la partie 2 j'ai eut un sacré choc :koO!:
Tu avais corrigé la grande partie des défauts de la partie une en adoptant un style propre et plus structuré. Il reste quelques fautes mais tu as corrigé la syntaxe et résolu les problèmes de ponctuation, en plus d'une écriture plus riche et plus détaillée. C'est une énorme progression et je t'en félicite :batoui:
(Même si au fond je sais que tu as fait la première à l'arrache et que tu t'es juste appliqué pour l'autre. Avoue que tu avais caché ton vrai talent par flemme :kxD:)

D'un point de vu global j'ai la même impression que Tamika. On passe vraiment d'une petite histoire sympa à quelque chose de détaillé et très intéressant à lire. De mon point de vue tu as le plus important, c'est à dire la créativité. Tu as de bonnes idées cohérentes et l'intrigue me rend curieux de voir une suite.
J'espère qu'il y en aura une !
Sinon petite question niveau scénario : le gars il est commissaire de police, shérif, mais il se fait jeter oklm d'un bar, normal... Le respect disparu ? :kxD:

Tamika a écrit:
Spoiler: Voir
Les contes défaits de Tamika


Il était une fois, dans un pays pas si lointain que ça nommé la Belgique, une reine don la bonté n’égalait que sa beauté. Cette femme, dont le nom ne pouvait être que Lena, aimait les balades dans la neige par-dessus tout. Cette étendue pâle et scintillante la fascinait au plus haut point tant et si bien qu’elle voulut une fille au teint aussi blanc que la neige. Son veux fût exaucé car, lors d’une belle nuit enneigée, une petite princesse naquit, son nom était Baarzourlalgulf, plus connue sous le pseudonyme de « Baarzou ». Hélas, Le bonheur de Lena fut de courte durée car telles les lois immuables des contes de fée, lors de la naissance de la princesse, elle mourut en couche.

Une année passa. Durant cette année, le roi n’avait eu de cesse de trouver une belle-mère à sa chère et tendre Baarzou. Il réussit à obtenir la main de la jeune Tamika de la Truite-Latineuse après avoir dilapidé la moitié de la trésorerie royale. « Quitte à vendre sa fille, autant le faire à bon prix » pensait le père de Tamika. C’était ainsi que le roi accompagné de sa nouvelle épouse rentra au château afin de consommer le mariage. Consommation qui déplu fort à la jeune demoiselle tout juste âgée de 16 ans. Sévices après sévices, la jeune reine vit son cœur s’aigrir et se ratatiner puis tomber en poussière. Elle n’avait plus rien. Elle n’était plus rien mis à part le jouet favori de ce roi rendu fou par la mort prématurée de sa Lena bien-aimée. La seule chose que Tamika pouvait encore faire en ce bas monde était d’être la plus belle du royaume et ce, par n’importe quel moyen. C’était ainsi que la passion morbide de la jeune femme avait commencée. A l’aide de son miroir magique et de cette phrase rituelle « Miroir, mon beau miroir, qui est la plus belle d’entre toutes ? » elle faisait chasser les plus belles femmes du royaume et enfermait leur cœur dans une boite. Ce que personne ne savait, c’était qu’une fois livré à la reine, le cœur était mangé par cette dernière. Cet acte de cannibalisme faisait partie d’un rituel de magie noir destiné à procurer une beauté et une jeunesse sans pareil à quiconque exécutait le sort.

Tout se passait pour le mieux dans le meilleur des mondes pour Baarzou. Son père était un papa-gâteau qui lui offrait tout ce qu’elle désirait mais elle n’en abusait jamais, sauf quand il s’agissait de glace et sa nounou, Momo-k, était la femme la plus adorable de ce monde. Elle était heureuse et surtout, elle était aimée.

Hélas, un beau jour ou un horrible jour, tout dépend du point de vue, le roi s’éteignit et partit rejoindre ses prédécesseur dans le ciel étoilé. « Ton père le roi veillera toujours sur toi » avait dit Momo-k et Baarzou l’avait crue tout en séchant ses larmes. Mais Momo-k disparut bien vite après la mort du roi, laissant seul la pauvre petite Baarzou. Après la mort de sa nounou, la vie paisible de la princesse changea pour devenir une vie de maltraitance et de servitude. En grandissant, elle perdit son sourire, ses cheveux devinrent ternes tout comme ses yeux mais malgré cela, elle devint tout de même la femme la plus belle du royaume, chose que ne pouvait tolérer son infâme belle-mère.

Par un soir d’hiver, Ryu, le fils caché de la reine, vint prévenir Baarzou du danger qui la guettait. Au départ, effrayée par la monstruosité du messager, la princesse dont le cœur était infiniment bon fut attendrit par cet être dont personne ne voulait, en particulier sa mère. Elle écouta attentivement ce que le jeune garçon lui avoua. Au fur et à mesure du récit, les yeux de la princesse s’écarquillèrent d’effroi. « Sa majesté ma belle-mère ne peut-être comme ça ! » pensait la jeune femme mais elle n’était pas au bout de ses peines. Ryu ne s’était pas arrêté après avoir parlé des rituels de magie noir, il en était maintenant aux expériences de la reine. Tamika se livrait à beaucoup d’expériences qui viraient, pour la plupart, à la catastrophe et cela, on pouvait en juger par la difformité de Ryu, cobaye attitré. Ce fut trop de révélation pour le pauvre petit cœur de Baarzou, elle fondit en larme. Ryu, difforme et attardé mais possédant une bonté sans pareil, s’empara de la princesse et la fit quitter le château sur son dos. Il l’emmena à l’orée de la forêt puis partit, la laissant de nouveau seul et ce, en pyjama dans la froideur d’une nuit d’hiver. C’était une Baarzou en pleur et frigorifié qui partit à la recherche d’un endroit où passer la nuit. Son corps était endolori par le froid et elle n’arrivait plus à avancer quand, semblant fendre le silence de la nuit, une chanson se fit entendre :

« Heigh-ho, heigh-ho, heigh-ho, heigh-ho
Heigh-ho
Heigh-ho, heigh-ho
On rentre du boulot!

Heigh-ho, heigh-ho
Heigh-ho, heigh-ho
Heigh-ho, heigh-ho
On rentre du boulot! »


Le cœur de la princesse fit un bon dans sa poitrine. « Enfin âme qui vive, mon Dieu je suis sauvée ! » pensait la jeune femme. Elle se précipita vers la source du son qu’elle entendait. Elle courait, trébuchait, se heurtait aux arbres et aux rochers mais elle se relevait bien vite et continuait sa course folle vers cet espoir. Une fois arrivée, la princesse fut prise de terreur. Des gobelins ! Tout espoir disparu dans les yeux de Baarzou. Les gobelins étaient des êtres abjects qui préféreraient la vendre à la reine en échange d’un peu d’or. La jeune femme se détourna de la cohorte de gobelins et continua son chemin. Au final, rester au château et y mourir ou s’échapper et mourir de froid, c’était kif-kif bourricot. Perdue dans ses pensées, Baarzou ne vit pas un lapin d’un blanc immaculé se faufilé entre les arbres. Ce n’était que lorsque ce dernier la bouscula qu’elle se rendit compte de sa présence.

« En r'tard, en r'tard
J'ai rendez-vous que'que part
Je n'ai pas le temps de dire au revoir
Je suis en r'tard, en r'tard » dit le lapin en s’en allant.


Baarzou sauta sur ces pieds et poursuivit le lapin. Si jamais il y avait une chance de survivre, elle la pourchasserait ! Elle finit par attraper le lapin. Que faire avec ? Le manger cru et se servir de sa fourrure comme chaussures ? Non, sa mère bien-aimée n’aurait jamais accepté une telle cruauté. Elle opta donc pour la demande protocolaire : « Veuillez m’excuser pour ma rustrerie mon brave mais sauriez-vous où puis-je bivouaquer cette nuit ? »

« Non, non, non, non, non
Quelqu'un m'attend
Vraiment c'est important
Je n'ai pas le temps de dire au revoir
Je suis en r'tard, en r'tard » fit le lapin en se dégageant de la prise de la princesse.


Cette dernière, folle furieuse se promis mais un peu tard qu’on ne l’y prendrait plus. Elle continua son voyage, le ventre creux et sans chaussures en prime. Trop occupée par ce qu’elle ferait au prochain qu’elle trouverait, Baarzou ne vit pas l’immense crevasse qui se trouvait juste devant elle. Elle tomba dedans, les deux pieds en avant et se brisa la colonne vertébrale en deux. Elle avait mal, elle avait faim et elle avait froid excepté aux jambes qu’elle ne sentait plus. Elle ne pouvait plus qu’observer le ciel étoilé, cette voûte céleste qui devait abriter son père et sa mère, ces étoiles qui devaient la protéger selon Momo-k … Baarzou eut un rictus de mépris. Sa nounou c’était bien jouée d’elle. Elle se rappelait de ce que Momo-k lui chantait quand son père est mort, un tissu de mensonge qui la consolait toujours. Elle entama la chanson d’une voix rauque presque éteinte :

« Il vit en toi
Il vit en moi
Toujours il veille
Sur ce que tu vois
Dans l'eau qui part
Comme un miroir
Même dans ton reflet
Il vit en toi.
Comme un miroir
Même dans ton reflet
Il vit en toi »


A la fin de la chanson, Baarzou éclata de rire tel une possédé. « Ben il mourra pour de bon avec moi » pensait-elle. C’était bizarre, elle ne pouvait plus s’arrêter de rire, se rire incontrôlable qui lui sortait de la gorge, n’était pas le sien. Elle avait peur et dans un dernier sursaut de conscience, elle se dit qu’au moins, elle partirait en faisant chier 2 personnes : La reine qui ne pourrait pas renouveler son sort et qui finirait par tomber en poussière ainsi que la mort qui la regardait avec indignation. « Comment cette moins que rien pouvait-elle se moquer de moi ? » pensait la mort avant de se saisir de l’âme de la défunte. Un filet argenté sortit des orbites de la dépouille ainsi que de sa bouche. Cette fumée tournoya un instant dans l’air glacé de la nuit avant de se compresser et de donner une forme fantomatique, celle de Baarzou. La mort et le fantôme de la princesse s’envolèrent tout en chantant :

« Rêve ta mort en couleurs
C'est le secret du bonheur
Rêve que tu as des ailes
Hirondelle ou tourterelle
Et là-haut dans le ciel
Tu t'envoles, tu t'envoles, tu t'envoles »


FIN


Première impression : tout le monde meurt :kxD:
Deuxième impression : le pauvre Ryu :kx_x:
Troisième impression : Bon allez un peu de sérieux *kumpf* :battousse:
J'ai bien aimé les références aux contes classiques, ou plutôt la façon dont tu les as remodelé à ta sauce. En plus le faire avec des personnalités du forum donne une teinte amusante au texte :batoui:
D'un point de vue personnel j'aurais mis plus de références, par exemple pour la rencontre avec le lapin de Alice aux Pays des merveilles m'a donné envie d'en voir plus, comme un mangakam qui serait le chat du conte d'Alice par exemple :batrire:
Cependant j'ai bien aimé le scénario et la façon dont tu as "réinventé" les contes
Dommage du coup vu que la fin se solde par la mort de Baarzou, j'aurai aimé voir une suite :batoui:

Sinon jolie façon d'écrire c'est très soigné et avec peu de fautes (je n'en ai vu qu'une ou deux pour ma part, sur voûte et préféreraient) mais ça m'étonne qu'à moitié vu ce que j'avais déjà vu sur le forum


Bien joué à vous deux
Image
Modifié en dernier par Aeichi le 27 Juil 2015, 20:40, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Aeichi
Habitué(e)
 
Message(s) : 119
Enregistré le: 27 Juin 2015, 19:59
Localisation : Alsace

Re: Club d'Invention d'Histoires [C.I.H] V2!

Messagepar Tamika » 27 Juil 2015, 20:36

Thank you Aeichi ! Pour tout te dire, je l'ai fait à l'arrache cet histoire parce qu'il me manquait du temps ... sauf que j'oublie qu'a chaque fois on est en retard pour cloturer XD
Image
Do I really look like a girl whit a writing plane ?
~ Lena the best ~


Spoiler: Voir
Image

Image

Image
Avatar de l’utilisateur
Tamika
Résident(e)
 
Message(s) : 404
Enregistré le: 05 Nov 2014, 19:16
Localisation : Belgique - dans les bras de mon homme

Re: Club d'Invention d'Histoires [C.I.H] V2!

Messagepar onikichi-san » 27 Juil 2015, 20:58

alor pour la première oui jetais fatiguer et pas les iddés claire et je pensai ne plus avoir de temps a cause des vote déjà passé puis pour la deuxième partie j'avait les idée claire le premier chapitre est vraiment un prologue et ma servi a mettre l'histoire en place


sinon il'y 'aura une suite et le chap 3 s’appellera passage a tabac
je le mettrai quant je l'aurait écrit
Image
Avatar de l’utilisateur
onikichi-san
Pillier de Comptoir
 
Message(s) : 2143
Enregistré le: 03 Août 2013, 23:52
Localisation : ZA WARUDO!!!!!

Re: Club d'Invention d'Histoires [C.I.H] V2!

Messagepar Aeichi » 27 Juil 2015, 21:07

Aeichi a écrit:Sinon petite question niveau scénario : le gars il est commissaire de police, shérif, mais il se fait jeter oklm d'un bar, normal... Le respect disparu ? :kxD:


?

onikichi-san a écrit:sinon il'y 'aura une suite et le chap 3 s’appellera passage a tabac
je le mettrai quant je l'aurait écrit


Cool, j'espère qu'il y aura du sang et du meurtre :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Aeichi
Habitué(e)
 
Message(s) : 119
Enregistré le: 27 Juin 2015, 19:59
Localisation : Alsace

Re: Club d'Invention d'Histoires [C.I.H] V2!

Messagepar onikichi-san » 27 Juil 2015, 21:12

a oui j'ai oublier de répondre a ta question pardon oui il n'etai pas la pour affaire il buvait comme les autre de plus la police n'etai plus pris au sérieux depuis un moment tout le monde sait qui dirige la ville est c'est visiblement wolf

pour le chapitre trois seul l'avenir te dira

en plus le roman policier n'est vraiment pas mon style d’écriture et je me fais pourtant un plaisir de le faire sa change :kxD:

EDIT ha pour la ponctuation tout ça est grâce a tamisyntaxe sensei

par contre je me pose encore cette question qui la suivante la rétrospective implique t'elle vraiment le changement de temps au passé oui certes c'est logique mais des fois a la lecture j'ai l'impression que sa rend mal
Image
Avatar de l’utilisateur
onikichi-san
Pillier de Comptoir
 
Message(s) : 2143
Enregistré le: 03 Août 2013, 23:52
Localisation : ZA WARUDO!!!!!

Re: Club d'Invention d'Histoires [C.I.H] V2!

Messagepar Aeichi » 27 Juil 2015, 21:23

onikichi-san a écrit:la rétrospective implique t'elle vraiment le changement de temps au passé


Oui c'est logique mais je vois un peu pourquoi ça te dérange, tu imagines que quand il raconte son histoire on se met dans la peau du narrateur c'est ça ? Un peu comme dans Call Of Juarez

C'est juste que retranscris à l'écrit cela ne donne pas forcément le même rendu que dans une vidéo. Après je dirai que tu peux mais c'est pas forcément conseillé, ce serait sûrement moins joli et ça renderait moins bien
Avatar de l’utilisateur
Aeichi
Habitué(e)
 
Message(s) : 119
Enregistré le: 27 Juin 2015, 19:59
Localisation : Alsace

Re: Club d'Invention d'Histoires [C.I.H] V2!

Messagepar onikichi-san » 27 Juil 2015, 21:31

oui c'est je veut que le lecteur vive se passé avec le personnage et non comme si on leur racontai comme le ferai un narrateur mais alors dit moi sur quelle aspect sa rendrait moins bien :?:
Image
Avatar de l’utilisateur
onikichi-san
Pillier de Comptoir
 
Message(s) : 2143
Enregistré le: 03 Août 2013, 23:52
Localisation : ZA WARUDO!!!!!

Re: Club d'Invention d'Histoires [C.I.H] V2!

Messagepar Aeichi » 27 Juil 2015, 21:35

Sur celui que tu voudrais faire mais je t'avoue être hésitant sans l'avoir vu

Tu pourrais essayer une version 2 en changeant les temps et comparer pour choisir celle qui te plait le plus, mais ce serait long :batoui:
Avatar de l’utilisateur
Aeichi
Habitué(e)
 
Message(s) : 119
Enregistré le: 27 Juin 2015, 19:59
Localisation : Alsace

Re: Club d'Invention d'Histoires [C.I.H] V2!

Messagepar onikichi-san » 27 Juil 2015, 21:46

we en plus j'ai pas énormément le temps non je vais faire ça comme je le sent et on avisera après
Image
Avatar de l’utilisateur
onikichi-san
Pillier de Comptoir
 
Message(s) : 2143
Enregistré le: 03 Août 2013, 23:52
Localisation : ZA WARUDO!!!!!

Re: Club d'Invention d'Histoires [C.I.H] V2!

Messagepar Tamika » 27 Juil 2015, 22:19

C'est juste la transition qui me perd. Tu passe du présent à un souvenir sans crier gare ! C'est déstabilisant ^^
Si tu veux faire vivre la scène, écrit avant ta séquence que ton personnage fait un récapitulatif de ce qui 'était passé durant ces 4 mois et je t'assure qu'on peut vivre l'instant au passé :kxD:
Image
Do I really look like a girl whit a writing plane ?
~ Lena the best ~


Spoiler: Voir
Image

Image

Image
Avatar de l’utilisateur
Tamika
Résident(e)
 
Message(s) : 404
Enregistré le: 05 Nov 2014, 19:16
Localisation : Belgique - dans les bras de mon homme

Re: Club d'Invention d'Histoires [C.I.H] V2!

Messagepar onikichi-san » 27 Juil 2015, 22:23

oui en effet le seul problème reste la transition le but étant de mettre une rétrospective aux présent sans perdre le lecteur qu'il sache que le passage se passe bien dans le passée une tache en effet ardue
Image
Avatar de l’utilisateur
onikichi-san
Pillier de Comptoir
 
Message(s) : 2143
Enregistré le: 03 Août 2013, 23:52
Localisation : ZA WARUDO!!!!!

Re: Club d'Invention d'Histoires [C.I.H] V2!

Messagepar Tamika » 27 Juil 2015, 22:31

dans ce cas je te conseille de le dire simplement : "Je repense à tout ce qui m'est arrivé durant les 4 derniers mois sur le chemin du bar" et surtout, tu t'en mêle pas dans tes verbes du coup XD
Image
Do I really look like a girl whit a writing plane ?
~ Lena the best ~


Spoiler: Voir
Image

Image

Image
Avatar de l’utilisateur
Tamika
Résident(e)
 
Message(s) : 404
Enregistré le: 05 Nov 2014, 19:16
Localisation : Belgique - dans les bras de mon homme

Re: Club d'Invention d'Histoires [C.I.H] V2!

Messagepar onikichi-san » 27 Juil 2015, 22:34

ouais mais non
Image
Avatar de l’utilisateur
onikichi-san
Pillier de Comptoir
 
Message(s) : 2143
Enregistré le: 03 Août 2013, 23:52
Localisation : ZA WARUDO!!!!!

Re: Club d'Invention d'Histoires [C.I.H] V2!

Messagepar Tamika » 27 Juil 2015, 22:36

Ouais mais débrouille-toi du coup :kxD:
J'ai plus d'idées
Image
Do I really look like a girl whit a writing plane ?
~ Lena the best ~


Spoiler: Voir
Image

Image

Image
Avatar de l’utilisateur
Tamika
Résident(e)
 
Message(s) : 404
Enregistré le: 05 Nov 2014, 19:16
Localisation : Belgique - dans les bras de mon homme

PrécédentSuivant

Retour vers Les Clubs !

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités