vos livres.

Cet endroit est dédié à l'art scriptural, venez écrire le fruit de votre inspiration ou lire les oeuvres.

Modérateur: Modérateurs

vos livres.

Messagepar Eldie » 20 Mars 2006, 22:26

Je cr?e ce topic car premi?rement je n'ai pas le talent de certains pour l'?criture et deuxi?mement, je n'ai rien a lire en ce moment.
Donc ici, vous pouvez mettre des extraits de livres qui vous ont marqu?s et si c'est un roman parler un peu de l'histoire (sans trop en dire?), histoire de peu ?tre donner envie ? certains de lire votre bouquin conseill?.
N'oubliez pas qu'on est dans la section biblioth?que donc faite attention ? votre orthographe (pas que dans cette section d'ailleurs) et merci de siter l'auteur et le titre de l'?uvre!



Mon premier extrait:

"Les choses de la nature n'existent qu'imm?diatement et d'une seule fa?on, tandis que l'homme, parce qu'il est esprit, a une double existence ; il existe d'une part au m?me titre que les choses de la nature et d'autre part il existe aussi pour soi, il se contemple, se repr?sente ? lui m?me, se pense et n'est esprit que par cette activit? qui constitue un ?tre pour soi. Cette conscience de soi, l'homme l'acquiert de deux mani?res : primo, th?oriquement, parce qu'il doit se pencher sur lui-m?me pour prendre conscience de tous les mouvements, replis et penchants du coeur humain et d'une fa?on g?n?rale se contempler, se repr?senter ce que la pens?e peut lui assigner comme essence, et se reconna?tre exclusivement aussi bien dans ce qu'il tire de son propre fond que dans les donn?es qu'il re?oit de l'ext?rieur. Deuxi?mement, l'homme se constitue pour soi par son activit? pratique, parce qu'il est pouss? ? se trouver lui-m?me, ? se reconna?tre lui-m?me dans ce qui lui est donn? imm?diatement, dans ce qui s'offre ? lui ext?rieurement. [...]
Ce besoin de modifier les choses ext?rieures est d?j? inscrit dans les premiers penchants de l'enfance ; le petit gar?on qui jette des pierres dans le torrent et admire les ronds qui se forment dans l'eau, admire en fait une oeuvre o? il b?n?ficie du spectacle de sa propre activit?. Ce besoin rev?t des formes multiples, jusqu'a ce qu'il arrive ? cette mani?re de se manifester soi-m?me dans les choses ext?rieures, que l'on trouve dans l'oeuvre artistique."

G.W.F Hegel, Esth?tique.

C'est un livre sur l'esth?tique en art donc il n'y as pas d'histoire mais juste une r?flexion philosophique sur "qu'estce que l'esth?tique?".
Image
Il est aussi absurde de regretter le passé que d'organiser l'avenir.
Avatar de l’utilisateur
Eldie
Résident(e)
 
Message(s) : 404
Enregistré le: 15 Déc 2005, 11:51

Messagepar Nausicaä » 21 Mars 2006, 16:51

Arf...... Hegel.. Depuis deux ans que j'ai eu mon bac je n'ai plus touch? ? la philo^^^
Mon pr?f?r? ?tant tout de m?me Descartes et ses c?l?bres : M?ditations m?taphysiques...

Sinon je suis plut?t romans comme Les enfants de la terre de J.M Auel...
Ou encore La grande Sultane de Chase-Riboud Barbara , La rani de Jhansi de Michel de Gr?ce....
Tous des biographies de femmes qi ont eu des destin exceptionnels...


Mais mon livre pr?f?r? reste Les Orchid?es rouges de Shangai de Juliette Morillo qui raconte l'histoire vraie d'une jeune cor?ene Sangmi pendant la Seconde Guerre Mondiale...
Enlev?e alors qu'elle n'a que 12 ans par les soldats Japonnais qui avaient annex? la Cor?e, elle va se retrouver prostitu?e, battue, tortur?e et m?me soumise ? des exp?riences de laboratoire...*
C'est un livre choquant, dur mais qui transmet ?normement d'?motions (?mes sensibles s'abstenir) :

-"Ta petite amie est plus ?troite que toi..Ils vont juste l'aider...Ne t'inqui?te pas. Le docteur Takashi est un c?l?bre chirurgien de Toio, les petites geishas r?vent toutes de lui pour le mizu ?ge! Il a l'habitude et beaucoup d'experience, alors elle n'a rien ? craindre."

Sa voix se voulait rassurante et, curieusement, j'eus l'impression qu'il ?tait sinc?re et qu'il tenait vraiment par ces paroles monstrueuses ? me r?conforter. Il ?carta mes jambes et du bout du pouce tra?a une croix sur mon sexe. Mais j'ignorais ce qu'il voulait dire.

-"Tu vois, c'est tout simple, quand le blanc d'oeuf n'a pas suffit une simple incision fait l'affaire"

La voix de Mikiko d?chira alors mes tympans, une voix inhumaine, un cri si long, si per?ant qu'il me sembla que jamais il ne s'arr?terait.
Image
Kissu Mana
Avatar de l’utilisateur
Nausicaä
Résident(e)
 
Message(s) : 181
Enregistré le: 20 Déc 2005, 19:56
Localisation : Trouve moi...^^

Messagepar Eldie » 21 Mars 2006, 17:12

Il a l'air tr?s interressant...mais tr?s dure. J'aime aussi beaucoup ces histoires/temoignages, elles nous permettent de nous rendre compte que nos petits soucis ne sont rien ? cot? de la vie de certains.
Je connais un livre assez poignant aussi sur la vie d'une femme qui se mutil? sexuellement, il est aussi tr?s prenant. J'en mettrais un extrait et les ref?rences que je n'ai pas ici plutart :wink:
Image
Il est aussi absurde de regretter le passé que d'organiser l'avenir.
Avatar de l’utilisateur
Eldie
Résident(e)
 
Message(s) : 404
Enregistré le: 15 Déc 2005, 11:51

Messagepar Jihen » 23 Mars 2006, 21:05

Tiens Descarte ? ?crit des truc ? Jle voi ? longueur de journ? dans ses calcul de dioptre mais je savai pas qu'il ?tait aussi ?crivain. ^^ (Remarque c'est ptet pas le m?me descarte... :/ )

========================

Objectivement, les m?chants ont cette caract?ristique touchante qu'ils savent rire de tout. Le m?chant peut dire, un gros mad'chat sur les genoux, dans un ?clat de rire : ?Je vais r?pandre un virus mortel sur la terre et exterminer 700 millions d'hommes HAHAHAHA !!?

Le m?chant adopte une attitude cynique.

Le h?ros, lui, prend des poses profondes, plisse les yeux, se contente d'interminables silences ou regarde placidement des explosions ?normes : le h?ros ne rit jamais.

Le gentil adopte une attitude sto?cienne.

Le h?ros est philosophe : il est coh?rent, il est universellement blas?. Il ?pouse le cours des choses sans la moindre facult? d'?tonnement, le h?ros est en fait conservateur. Le h?ros est incapable de recul face au monde. Le h?ros d?teste le changement.

Le h?ros est chiant.

Le m?chant est aussi philosophe : il est coh?rent, il est, au sens h?gelien, n?gateur du donn?, donc cr?atif. Son rire rejette le monde dans l'espace de la critique, son rire est objectivant. En transformant le monde en objet, puis cet objet en objet d?risoire, il permet le recul critique, il permet la pens?e.

Le m?chant est cool. ?

?X. Heriss, "Destop"

================================

Sinon y'aurait aussi...

================================

A la p?le clart? des lampes languissantes,
Sur de profonds coussins tout impr?gn?s d'odeur
Hippolyte r?vait aux caresses puissantes
Qui levaient le rideau de sa jeune candeur.

Elle cherchait, d'un ?il troubl? par la temp?te,
De sa na?vet? le ciel d?j? lointain,
Ainsi qu'un voyageur qui retourne la t?te
Vers les horizons bleus d?pass?s le matin.

De ses yeux amortis les paresseuses larmes,
L'air bris?, la stupeur, la morne volupt?,
Ses bras vaincus, jet?s comme de vaines armes,
Tout servait, tout parait sa fragile beaut?.

?tendue ? ses pieds, calme et pleine de joie,
Delphine la couvait avec des yeux ardents,
Comme un animal fort qui surveille une proie,
Apr?s l'avoir d'abord marqu?e avec les dents.

Beaut? forte ? genoux devant la beaut? fr?le,
Superbe, elle humait voluptueusement
Le vin de son triomphe, et s'allongeait vers elle,
Comme pour recueillir un doux remerciement.

Elle cherchait dans l'?il de sa p?le victime
Le cantique muet que chante le plaisir,
Et cette gratitude infinie et sublime
Qui sort de la paupi?re ainsi qu'un long soupir.

- ?Hippolyte, cher c?ur, que dis-tu de ces choses?
Comprends-tu maintenant qu'il ne faut pas offrir
L'holocauste sacr? de tes premi?res roses
Aux souffles violents qui pourraient les fl?trir ?

Mes baisers sont l?gers comme ces ?ph?m?res
Qui caressent le soir les grands lacs transparents,
Et ceux de ton amant creuseront leurs orni?res
Comme des chariots ou des socs d?chirants;

Ils passeront sur toi comme un lourd attelage
De chevaux et de b?ufs aux sabots sans piti?...
Hippolyte, ? ma s?ur! tourne donc ton visage,
Toi, mon ?me et mon tout, mon tout et ma moiti?,

Tourne vers moi tes yeux pleins d'azur et d'?toiles!
Pour un de ces regards charmants, baume divin,
Des plaisirs plus obscurs je l?verai les voiles,
Et je t'endormirai dans un r?ve sans fin!?

Mais Hippolyte alors, levant sa jeune t?te :
- ? Je ne suis point ingrate et ne me repens pas,
Ma Delphine, je souffre et je suis inqui?te,
Comme apr?s un nocturne et terrible repas.

Je sens fondre sur moi de lourdes ?pouvantes
Et de noirs bataillons de fant?mes ?pars,
Qui veulent me conduire en des routes mouvantes
Qu'un horizon sanglant ferme de toutes parts.

Avons-nous donc commis une action ?trange ?
Explique, si tu peux, mon trouble et mon effroi :
Je frissonne de peur quand tu me dis : ?Mon ange!?
Et cependant je sens ma bouche aller vers toi.

Ne me regarde pas ainsi, toi, ma pens?e !
Toi que j'aime ? jamais, ma s?ur d'?lection,
Quand m?me tu serais une emb?che dress?e
Et le commencement de ma perdition!?

Delphine secouant sa crini?re tragique,
Et comme tr?pignant sur le tr?pied de fer,
L'?il fatal, r?pondit d'une voix despotique :
- ?Qui donc devant l'amour ose parler d'enfer ?

Maudit soit ? jamais le r?veur inutile
Qui voulut le premier, dans sa stupidit?,
S'?prenant d'un probl?me insoluble et st?rile,
Aux choses de l'amour m?ler l'honn?tet? !

Celui qui veut unir dans un accord mystique
L'ombre avec la chaleur, la nuit avec le jour,
Ne chauffera jamais son corps paralytique
A ce rouge soleil que l'on nomme l'amour !

Va, si tu veux, chercher un fianc? stupide ;
Cours offrir un c?ur vierge ? ses cruels baisers ;
Et, pleine de remords et d'horreur, et livide,
Tu me rapporteras tes seins stigmatis?s...

On ne peut ici-bas contenter qu'un seul ma?tre!?
Mais l'enfant, ?panchant une immense douleur,
Cria soudain : - ?Je sens s'?largir dans mon ?tre
Un ab?me b?ant ; cet ab?me est mon c?ur!

Br?lant comme un volcan, profond comme le vide!
Rien ne rassasiera ce monstre g?missant
Et ne rafra?chira la soif de l'Eum?nide
Qui, la torche ? la main, le br?le jusqu'au sang.

Que nos rideaux ferm?s nous s?parent du monde,
Et que la lassitude am?ne le repos !
Je veux m'an?antir dans ta gorge profonde,
Et trouver sur ton sein la fra?cheur des tombeaux!?

- Descendez, descendez, lamentables victimes,
Descendez le chemin de l'enfer ?ternel !
Plongez au plus profond du gouffre, o? tous les crimes
Flagell?s par un vent qui ne vient pas du ciel,

Bouillonnent p?le-m?le avec un bruit d'orage.
Ombres folles, courez au but de vos d?sirs ;
Jamais vous ne pourrez assouvir votre rage,
Et votre ch?timent na?tra de vos plaisirs.

Jamais un rayon frais n'?claira vos cavernes ;
Par les fentes des murs des miasmes fi?vreux
Filtrent en s'enflammant ainsi que des lanternes
Et p?n?trent vos corps de leurs parfums affreux.

L'?pre st?rilit? de votre jouissance
Alt?re votre soif et roidit votre peau,
Et le vent furibond de la concupiscence
Fait claquer votre chair ainsi qu'un vieux drapeau.

Loin des peuples vivants, errantes, condamn?es,
A travers les d?serts courez comme les loups ;
Faites votre destin, ?mes d?sordonn?es,
Et fuyez l'infini que vous portez en vous!

? Baudelaire, "Femmes damn?es (delphine et hippolyte)", "Les Fleurs Du Mal"
Image
Avatar de l’utilisateur
Jihen
Touriste
 
Message(s) : 31
Enregistré le: 04 Mars 2006, 10:50

Messagepar hitokiri » 23 Mars 2006, 23:07

j'ai bien aim? le truc sur les mechants et les heros , meme si c'est un peu plus une parodie qu'autre chose car je pense qu'au fond le heros est justeument tres profond dans ses analyses et ses agissements , sauf biensur les heros gnangnan comme Naruto
pleure le premier jour de lannée et meme les corbeaux riront de toi
Avatar de l’utilisateur
hitokiri
Résident(e)
 
Message(s) : 501
Enregistré le: 07 Jan 2006, 01:16
Localisation : attention derriere toi!!!

Messagepar Diane » 24 Mars 2006, 23:23

Ahhh ... "Les Fleurs du Mal" il faut vraiment que je le lise depuis le temps que j'en entend parler.

D'abord, l'absence de l'aim? est plaisir, excitation : on vit dans l'attente du prochain rendez-vous, on y pense sans cesse. Puis elle devient douleur, la s?paration se fait insupportable. Enfin l'absence n'est plus absence mais amputation d'une partie de soi-m?me : on ne peut plus penser.
Vivrait-on avec ceux qu'on aime uniquement pour se lib?rer l'esprit ? Certains couples donnent cette impression : s'approprier l'autre pour avoir la paix et vaquer ailleurs. Fa?on ? toute sociale ? de basculer dans l'oppos? de l'amour.
Chemin faisant, Louise L. Lambrichs

Voila venu tout droit d'un livre que j'ai d?couvert grace a ma prof de francais.

Edit 26/03/06
Je pr?cise que ce livre est un petit recueil d'aphorismes, sur des th?mes comme l'amour, l'existence etc ...
Modifié en dernier par Diane le 26 Mars 2006, 09:34, modifié 1 fois.
Image
Avatar de l’utilisateur
Diane
Modérateur
 
Message(s) : 70
Enregistré le: 18 Déc 2005, 16:53

Messagepar Hatchiko » 25 Mars 2006, 13:29

Dans un registe (tr?s) diff?rent, Trainspotting est int?ressant, il est 100 fois plus tar? que le film, rien ? voir!
Enfin, moi je dis ça mais je dis rien.
Avatar de l’utilisateur
Hatchiko
Résident(e)
 
Message(s) : 163
Enregistré le: 23 Déc 2005, 19:31
Localisation : Shibuya

Messagepar hitokiri » 25 Mars 2006, 13:58

Heuhhh atchiko on parle de livres la hein :shock: expdrrrrrrrr mais c'est pas grave .... :wink:


:arrow: Argh ah non je viens de comprendre c'est de ma faute disoul? je suis 2 de tens :?
pleure le premier jour de lannée et meme les corbeaux riront de toi
Avatar de l’utilisateur
hitokiri
Résident(e)
 
Message(s) : 501
Enregistré le: 07 Jan 2006, 01:16
Localisation : attention derriere toi!!!

Messagepar Diane » 26 Mars 2006, 09:54

Rahhh les jeunes de nos jours ... :lol:
Ici on parle de livres et on cite.

Le train-train habituel : des voitures klaxonnent, des types filent en roller, des gens ach?tent le journal au kiosque, s'engouffrent dans le m?tro, h?lent des taxis. Rien de neuf. Un apr?s-midi typique dans Greenwich Village.
Sauf que Meg m'a quitt?e.
Me laissant me d?brouiller dans le monde, retrouver son assassin et apprendre des choses que je ne veux pas savoir sur elle.
Mais quand est-elle partie, exactement? Est-ce quand elle a ?t? tu?e ou ?tait-ce bien avant quand elle s'est embarqu?e dans des histoires dont elle ne pouvait ou ne voulait pas me parler ? Ou m'a-t-elle quitt?e de fa?on ?pisodique au cours de toutes ces ann?es ? Est-ce qu'on passe son temps ? quitter les gens ?

Je te quitterai toujours, Sandra Scoppettone


Alors la c'est un des livres qui racontent les enqu?tes de Lauren Laurano, une d?tective priv?e homosexuelle. Dans celui-ci, elle enqu?te sur la mort de sa meilleure amie, Megan Harbaugh, et d?couvre les facettes cach?es de celle qu'elle croyait connaitre.

Voila donc c'est un roman policier, o? il y a de l'humour un peu partout histoire de d?tendre l'atmosph?re.
Image
Avatar de l’utilisateur
Diane
Modérateur
 
Message(s) : 70
Enregistré le: 18 Déc 2005, 16:53

Messagepar Eldie » 07 Avr 2006, 13:42

Je remets deux extraits de livres qui sont super connus et que j'adore.
Premier:
Je suis sur un lit d?h?pital, recroquevill?e en chien de fusil sous un drap. Une infirmi?re est venue arracher ma robe. Elle a tir? m?chamment sur le tissu, la souffrance m?a paralys?e. Je ne vois presque rien, mon menton est coll? sur ma poitrine, je ne peux pas le relever. Je ne peux pas bouger les bras non plus. La douleur est sur ma t?te, sur mes ?paules, dans mon dos, sur ma poitrine. Je sens mauvais. Cette infirmi?re est si m?chante qu?elle me fait peur quand je la vois entrer. Elle ne me parle pas. Elle vient arracher des morceaux de moi, elle met une compresse et elle s?en va. Si elle pouvait me faire mourir, elle le ferait, j?en suis s?re.

[?] On m?oblige ? me lever. Je marche avec cette infirmi?re. J?ai mal aux yeux. Je vois mes jambes, mes mains qui pendent de chaque c?t? de moi, le carrelage. Je hais cette femme. Elle m?am?ne dans une salle et prend un jet d?eau pour me laver. Elle dit que je sens tellement mauvais qu?elle a envie de vomir. Je pue, je pleure, je suis l? comme un d?chet immonde, comme une pourriture sur laquelle on jette un seau d?eau. Comme le caca dans les les toilettes, on tire la chasse, et voil?, c?est fini. Meurs. L?eau m?arrache la peau, je crie, je pleure, je supplie, le sang coule jusqu?au bout de mes doigts. Elle m?oblige ? rester debout. Elle arrache sous le jet d?eau froide des morceaux de chair noire , des bouts de ma robe br?l?e, des ordures puantes qui font un petit tas dans le fond de la douche. Je sens tellement le pourri, la chair br?l?e et la fum?e qu?elle a mis un masque et, par moments, sort de la salle d?eau en toussant et en me maudissant.

Br?l?e vive Souad

Livre assez dure sur les crimes d'honneurs.
Le deuxi?me:

3d?cembre.

Hier soir, j?ai v?cu la nuit la plus d?gueulasse de ma pauvre vie foutue, merdeuse et pourrie. Nous ?tions que quatre, et Shelia et Rod, son copain du moment, nous ont fait t?ter de l?h?ro?ne. Au d?but, nous avions un peu peur, mais il nous ont persuad?es que toutes les histoires horribles qui circulent ne sont qu?autant de mensonges et de mythes am?ricains?ah ! Pourtant, je suppose que j ??tais assez excit?e, et je dois dire qu?en les voyant pr?parer les doses j??tais impatiente de savoir. La horse est une sensation fantastique, diff?rente de tout le reste. Je me suis sentie toute molle, ensommeill?e, merveilleusement l?g?re comme si je flottais au dessus de la r?alit? de tous les jours, tr?s haut dans l?espace. Mais juste avant d??tre trop d?fonc?e pour savoir ce qui se passait j?ai vu que Shelia et cette esp?ce d?ordure avec qui elle est qui changeaient de parcours et partaient au speed. Je me souviens que sur le moment je me suis demand? pourquoi ils s??nervaient alors qu?ils nous avaient si merveilleusement endormies, et c?est seulement apr?s, bien plus tard, que j?ai compris que chacun ? leur tour ces enfants de salauds nous avaient viol?es, et trait?es brutalement comme des sadiques. Ils avaient tout pr?vu, tout pr?m?dit?, les foutues ordures de merde.

L?herbe bleue, journal intime d?une jeune drogu?e(anonyme)

Tr?s connu et je ne pense pas qu'il ai besoin de commentaires car le titre du livre explique tout...
Image
Il est aussi absurde de regretter le passé que d'organiser l'avenir.
Avatar de l’utilisateur
Eldie
Résident(e)
 
Message(s) : 404
Enregistré le: 15 Déc 2005, 11:51

Messagepar matsuo » 07 Avr 2006, 17:51

"Cela me prit un moment pour comprendre ce qu?il voulait dire. Je relevais les morts et ?tait une ex?cutrice agr??e de vampires. C??tait ce que la police savait de moi. J??tais marshal f?d?ral parce que la plupart des ex?cuteurs de vampires pouvaient passer le test de tirs m?me si ils ?taient trop ?g?s pour le devenir ; comme ?a, les ex?cuteurs pouvaient avoir plus de pouvoir, et ?tre plus efficace le plus souvent possible, c??tait du moins l?id?e de base. Mais j??tais aussi la servante humaine du Ma?tre de la ville de Saint-Louis, Jean-Claude. A travers mes liens avec Jean-Claude, j?avais h?rit? de certaines de ses capacit?s. Un de ces capacit?s ?taient l?ardeur. C??tait comme si le sexe ?tait de la nourriture, et si je ne mange pas assez, je tombe malade.

Ce n??tait pas si horrible, mais je peux aussi blesser quiconque qui est li? ? moi m?taphysiquement. Pas juste blesser, mais je peux potentiellement drainer leurs vies. Ou bien l?ardeur peut simplement choisir quelqu?un d??tranger pour me nourrir de lui. Ce qui signifie que l?ardeur se r?veille, choisit une victime, et je n?ai pas toujours mon mot ? dire concernant le choix de la personne. Erk.

Donc je me nourris de mes petits copains, et de quelques amis. On ne peut pas se nourrir de la m?me personne tout le temps, parce que on peut accidentellement les aimer jusqu?? la mort. Jean-Claude poss?de l?ardeur et doit la nourrir depuis des si?cles, mais ma version est un peu diff?rente de la sienne, ou peut-?tre que je en suis pas aussi bonne que lui ? la contr?ler. Je travaille dessus, mais mon contr?le n??tait pas parfait, et ce serait une mauvaise chose de perdre mon contr?le dans un avion rempli d??trangers. Ou un van pleins d?agents f?d?raux. "

voila XD j'esp?re que ?a vous inspire :P
c'est peut etre pas le passage le mieux choisit pour vous donner envie de le lire mais bon... je trouve que ?a r?sume bien le style du livre :wink:

*Micah* de Laurell K. Hamilton (13?me tome de la saga d' Anita Blake chasseuse de vampires)
Image
Avatar de l’utilisateur
matsuo
Touriste
 
Message(s) : 42
Enregistré le: 18 Fév 2006, 11:30
Localisation : dans une bibliothèque

Messagepar Mizu » 01 Mai 2006, 15:35

gloire ? Anita Blake^^

moi je lit surtout du fantastique... voici un petit extrait du rouyaume de tobin, le 1er tome, les jumeaux (pour ceux qui participent ? l'histoire sans fin, le nom Ariani vient de l?:p) de Lynn Flewelling:

" Pendant que Nari baignait la petite fille, Lhel entreprit de faire naitre le jumeau. La t?te d'Ariani reposait, inerte, sur l'oreill?e. Rhius, la bouche r?duite ? un sombre trait, se r?fugia pr?s de la chemin?e.
Des larmes d'une autre esp?ces piqu?rent les yeux d'Arkoniel.Pardonnez-nous, ma gente dame, pria-t-il, incapable de se d?tourner.
En d?pit des efforts de Lhel, le second enfant se pr?sentaient dans le mauvais sens, les pieds en avant. Sans cesser de ronchonner dans sa propre langue, elle s'employa ? d?livrer l'autre jambe, et le corps finit par s'?vacuer tout entier d'une seule glissade.
"Gar?on keesa", dit-elle ? voix basse, main pr?te ? se plaquer sit?t qu'appara?trait la face, afin de pr?venir ce premier souffle on ne peut plus crucial, puisque lui seul permettait aux ?mes de se fixer dans une chair.
Or soudain retentit dans la rue, dehors, une cavalcade effren?e, suivit de la clameur: "Ouvrez, au nom du roi!", qui m?dusa Lhel autant que le reste de l'assistance, et ce fut en cette seconde d'inadvertance que, sa t?te ?mergeant enfin du sein maternel, l'enfant pompa haut et clair la goul?e fatale.
"Lumi?re divine!" s'?trangla Iya, tout en fondant sur la sorci?re. Mais celle-ci secoua la t?te et se courba sur les contorsions du petit. Incapable d'assister ? ce qui devait forc?ment s'ensuivre, Arkoniel se recula pr?cipitemment..."
Image
Avatar de l’utilisateur
Mizu
Habitué(e)
 
Message(s) : 90
Enregistré le: 01 Avr 2006, 13:38
Localisation : perdu dans mes bouquins

Messagepar Seisan » 11 Mai 2006, 02:30

A moi... alors ce n'est pas mon livre pr?f?r?, mais c'est un livre que j'ai ador? et parfois d?test? :roll: Oui c possible, en tout cas, il m'a marqu?.

Pourtant il se faisait maintenant beaucoup de souci et se disait, que va-t-il advenir de nous, ? voir comme les choses ont tourn? de fa?on si folle et si dangereuse et si vite? Peut-il rien n'y avoir que ne consummerait un tel brasier? On ?tait heureux et je suis s?r qu'elle ?tait heureuse. Mais qui sait? Et de quel droit juges-tu, toi qui as particip? et qui as accept? le changement et l'as v?cu? Si c'est ce qu'elle veut, de quel droit le lui refuserais-tu? Tu as de la chance d'avoir une femme comme elle, et le p?ch? c'est quand on se sent mal apr?s, et tu ne te sens pas mal. Pas avec le vin tu ne te sens pas mal, se dit-il, et qu'est ce que tu boiras quand le vin ne te fera plus rien.
Il sortit du sac le flacon de lotion et passa un peu d'huile sur le menton et les joues et le nez de la jeune femme et d?nicha un mouchoir ? carreaux bleu fan? dans la poche de grosse toile et lui en couvrit la poitrine.
"Faut-il que j'arr?te? demanda la jeune femme. Je fais un r?ve tout ? fait merveilleux.
-Finis le r?ve, dit-il.
- Merci"


Le jardin d'Eden Hemingway (son dernier roman: inachev?)

En deux mots ?a raconte l'histoire d'amour d'un ?crivain David et de sa femme Catherine, qui du pur bonheur va devenir pure folie. Ca parle de mer (Hemingway oblige) de soleil, de nourriture, d'alcool (d'absinthe entre autre) et de bisexualit?. David appelle sa femme "D?mon" (ce qui me rappelle "Natural Born Killers" ^^)
Hemingay s'st tir? une balle avant d'avoir achev? ce livre ---> il y a bcp de similitudes entre cette fiction et sa propre vie...
Le sage ne dit pas ce qu'il sait... Le sot ne sait pas ce qu'il dit ^_^'...
Image
Avatar de l’utilisateur
Seisan
Résident(e)
 
Message(s) : 352
Enregistré le: 27 Mars 2006, 11:04
Localisation : derrière toi

Messagepar Seisan » 12 Juil 2006, 06:26

Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand (Deuxi?me acte - Sc?ne VIII)

CYRANO
Eh bien ! oui, c'est mon vice.
D?plaire est mon plaisir. J'aime qu'on me ha?sse.
Mon cher, si tu savais comme l'on marche mieux
Sous la pistol?tade excitante des yeux !
Comme, sur les pourpoints, font d'amusantes taches
Le fiel des envieux et la bave des l?ches !
-Vous, la molle amiti? dont vous vous entourez,
Ressemble ? ces grands cols d'Italie, ajour?s
Et flottants, dans lesquels votre cou s'eff?mine
On y est plus ? l'aise... et de moins haute mine,
Car le front n'ayant pas de maintien ni de loi,
S'abandonne ? pencher dans tous les sens. Mais moi,
La Haine, chaque jour, me tuyaute et m'appr?te
La fraise dont l'empois force ? lever la t?te ;
Chaque ennemi de plus est un nouveau godron
Qui m'ajoute une g?ne, et m'ajoute un rayon
Car, pareille en tous points ? la fraise espagnole,
La Haine est un carcan, mais c'est une aur?ole !
LE BRET, apr?s un silence, passant son bras sous le sien
Fais tout haut l'orgueilleux et l'amer, mais tout bas,
Dis-moi tout simplement qu'elle ne t'aime pas !
CYRANO, vivement
Tais-toi !


Trop trop dur de ne pas mettre la sc?ne enti?re ! Elle est longue mais elle est belle

Travailler sans souci de gloire ou de fortune,
A tel voyage, auquel on pense, dans la lune !
N'?crire jamais rien qui de soi ne sort?t,
Et modeste d'ailleurs, se dire : mon petit,
Sois satisfait des fleurs, des fruits, m?me des feuilles,
Si c'est dans ton jardin ? toi que tu les cueilles !

A force de vous voir vous faire des amis,
Et rire ? ces amis dont vous avez des foules,
D'une bouche emprunt?e au derri?re des poules !
J'aime rar?fier sur mes pas les saluts,
Et m'?crie avec joie : un ennemi de plus !


Bon j'arr?te, bonne nuit...


[Edit apr?s 4 heures 23 minutes]

R?ver, rire, passer, ?tre seul, ?tre libre,
Avoir l'oeil qui regarde bien, la voix qui vibre,
Mettre, quand il vous pla?t, son feutre de travers,
Pour un oui, pour un non, se battre, -ou faire un vers !

:oops: j'aime trop
mais du coup je vous ai foutu toute la sc?ne dans le d?sordre... Enfin y a pas toute la sc?ne, y en a que la moiti? :p
Le sage ne dit pas ce qu'il sait... Le sot ne sait pas ce qu'il dit ^_^'...
Image
Avatar de l’utilisateur
Seisan
Résident(e)
 
Message(s) : 352
Enregistré le: 27 Mars 2006, 11:04
Localisation : derrière toi

Messagepar Naya-chan » 25 Nov 2006, 22:22

Allez voici un autre prologue, celui ci est tir? du roman Le testament des si?cles, d'Henry Loevenbruck. C'est un peu long mais ?a vaut le coup ^^

Prologue :

Le vent nocturne soufflait sur les montagnes crayeuses de d?sert de Jud?e. C'?tait le souffle grave et continu qui annonce la venue de l'aube, l'heure o? les premiers vautours commencent leur ronde silencieuse au-del? des sommets de la Palestine.
A l'est, les ?toiles d'un ciel cendr? se refl?taient encre sur l'eau huileuse de la mer Morte, au milieu des larges blocs de sel gris. Le point le plus bas du globe. L? soufflait le vent qui s'engouffrait entre les dunes blanches, dans les valons sinueux, ? travers les campements de B?douins et jusqu'aux canyons culminants.
A quelques kilom?tres de J?rusalem et si loin du monde pourtant, dans le secret des cimes invisibles, se cachait la silhouette basse d'un antique monast?re. Bloc de pierre grise mari? ? la paroi rocheuse. Aust?re construction ouverte seulement par de primitives fen?tres. Aucune route, aucun chemin ne pouvait y mener le voyageur imprudent. Rien ne semblait relier cette b?tisse inaccessible au reste du monde. Ici r?gnait en ma?tre le silence du d?sert.
Des bouquetins ?pars entouraient le b?timent, dans les rares zones de verdure, grimpant les larges escaliers ?rod?s, taill?s dans la roche jaune. Une poulie en bois grin?ait en se balan?ant le long de la fa?ade. Au premier ?tage, la lumi?re vacillante d'une bougie brillait derri?re la fen?tre.
Dans cette pi?ce d?nud?e priait un vieil homme.
V?tu de toile blanche, le cr?ne d?garni, les yeux ferm?s, il psalmodiait ? genoux, courb? devant la fen?tre. Sa longue barbe grise frottait sur sa poitrine au rythme de ses r?v?rences. Malgr? le silence des lieux, on entendait ? peine le son de sa voix grave.
Quand il eut fini sa pri?re, il se releva lentement, puis il marcha vers le fond de la pi?ce o? une grande vasque de pierre se d?tachait du mur. Elle ?tait pleine d'une eau froide o? le vieil homme plongea ses mains. Il fit couler l'eau sur son front, sur son visage, puis sur ses pieds, pronon?ant des nouvelles pri?res indistinctes. Il marchait les pieds nus en symbole de sa communion avec la Terre. Car ici la Terre ?tait un ?tre vivant et sacr?.
Enfin, il retourna sur sa modeste couche, une couverture pos?e ? m?me le sol. L?, il s'allongea sur le dos et garda les yeux ouverts quelques instants. Aucun des douze autres religions qui vivaient dans ce monast?re oubli? n??tait encore r?veill?. Les murs ancestraux du lieu ?taient emplis d?un silence magistral. Mais dehors, le vieil homme pouvait entendre le bruit continue de la nuit. Il laissa son esprit s??vader dans le murmure nocturne. Invita le sommeil au rythme de sa respiration.
C??tait un homme juste et sage, qui avait consacr? sa vie enti?re ? la communaut? du monast?re, attendant comme ses fr?res l?av?nement de la Nouvelle Alliance. Il avait ?t? initi? a l?age de treize ans et n?avais jamais quitt? le monast?re depuis lors. Comme ses fr?res, il observait scrupuleusement toutes les lois de la communaut?, ne se nourrissait que de pain, d?eau, de racines sauvages et de fruits, et tentait de cultiver en lui-m?me puret? et humilit?. Comme ses fr?res, il partageait son temps entre la m?ditation, l?agriculture et l?artisanat. Et comme ses fr?res, il avait depuis longtemps oubli? la r?alit? du monde profane. Oubli? ses parents, sa famille, J?rusalem, et ce que les hommes en avaient fait. Dieu seul occupait sa vie. Dieu, et son dernier secret.
Soudain, ce fut comme si la nuit se taisait, ?touff?e. Les pleurs des chacals s??teignirent d?un seul coup et les vautours se firent silencieux.
Le moine ouvrit les yeux et se redressa lentement. Il tendit l?oreille. Mais tout s??tait tu. Il ne restait que le souffle du vent. Quelque chose d?anormal.
Tout ? coup, il y eut le bruit ?tourdissant d?une ?norme explosion. Comme un point d?orgue incongru dans le silence nocturne. Les murs et le sol vibr?rent et une grande lumi?re blanche apparut au-del? des fen?tres.
Le vieil homme se leva et courut vers la porte. Quand il sortit sur la longue cursive qui surplombait les jardins du monast?re, il d?couvrit avec horreur les hautes flammes qui envahissait les parois. Puis il y eut une nouvelle explosion, et une autre encore. L??cho assourdissant des d?flagrations semblait ne jamais vouloir s?entendre. Des blocs de pierre entiers se d?tachaient des plafonds et des murs et venaient se fracasser le long de la cursive ou dans les jardins en contrebas.
Le vieil homme ne savait que faire. Dans quelle direction courir. O? chercher refuge au milieu de ce d?luge incompr?hensible. Petit ? petit, d?autres moines firent leur apparition aux portes du couloir. Et leurs visages, comme le sien, ?taient marqu?s par la terreur. Nul ne pouvait comprendre l?origine de cette apocalypse soudaine au milieu de la nuit.
Bient?t, une fum?e opaque monta jusqu?au premier ?tage et enroba tout le b?timent.
Le vieux moine toussa pour chasser la fum?e acide qui p?n?trait dans sa gorge, puis, dans la panique, il se d?cida ? courir vers les escaliers les plus proches. Pli? en deux, il longea la rambarde de pierre et passa dans le vacarme ? travers les flammes et la fum?e. Au milieu, de la coursive, il aper?ut soudain l?un des membres de sa communaut? qui s??croulait devant lui comme foudroy?. Le dernier venu. Le plus jeune.
Les mains tremblantes, les yeux emplis de larmes, il s?approcha lentement au-dessus du corps sans vie de son fr?re. De longues tra?n?es de sang se dessinaient progressivement sur la longue robe blanche.
L?atmosph?re devenait de plus en plus irrespirable et la chaleur des flammes lui mordait les joues. Mais le vieil homme se laissa tomber sur les genoux. A pr?sent, cela ne faisait aucun doute. Il ne sortirait jamais vivant de cet enfer. La mort ?tait partout autour de lui. Bient?t elle l?emporterait.
Il prit la main de son compagnon ?tendu devant lui et ferma les yeux. Une seule pens?e l?habitait ? pr?sent. Etait-il pur ? Avait-il atteint la puret? au sein de sa communaut?, maintenant qu?il devait rejoindre l?Eternel ?
Il y avait un secret tout au fond de son ?me. Un secret jamais partag?. Comme dans le c?ur de tous les hommes. Le dernier rempart de l?intimit?. Alors, ?tait-il pur ?
Il pria pour que Dieu l?accept?t en son royaume, et soudain il sentit une douleur immense ? la poitrine. Comme une piq?re foudroyante.
Il trouva la force de sourire, puis, alors que les flammes entouraient son corps immobile, il mourut.
Quand le vacarme se tut enfin, dix silhouettes noires sortirent rapidement et sans bruit du b?timent en flammes. Dix hommes au visage masqu?. Mitraillettes MP-5 modifi?es, syst?mes de vis?e laser, boussole num?rique, GPS, interfaces de commande, projet?es, combinaisons en kevlar, ils portaient sur eux pr?s de cinquante kilos d??quipement.
L?intervention avait ?t? ?tudi?e et pr?par?e avec minutie. Chacun savait ce qu?il avait ? faire. Le plan des b?timents s??tait affich? en images de synth?se sur leurs interfaces. Des gestes cent fois r?p?t?es.
L?attaque n?avait dur? que quelques minutes. Les points rouges clignotants s??taient ?teints un ? un sur les ?crans de verre. La plupart des moines furent tu?s dans leur sommeil. Aucun n?avait donn? l?alerte. Aucun ne surv?cut.
Quand les dix mercenaires descendirent la pente ocre de mont enflamm?, emportant avec eux un tr?sor dont ils ne pouvaient imaginer l?importance, le vent nocturne soufflait encore sur les montagnes crayeuses du d?sert de Jud?e.


Toujours dans le m?me style avec enigmes, religions, ?soterisme...
Bienvenue sur Anime-Ultime !!! :)
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Naya-chan
Célébrité
 
Message(s) : 1028
Enregistré le: 14 Juin 2006, 20:01
Localisation : Près de mes rosiers en train de bricoler...

Messagepar Keitaro » 12 Déc 2006, 21:43

Ouaa, on est mis en haleine.... J'adore ^^

Il faudra juste que je lise le bouquin .... ?a prendra du temps ..

a moins qu'on me fasse la lecture .... >>
Avatar de l’utilisateur
Keitaro
Résident(e)
 
Message(s) : 664
Enregistré le: 14 Déc 2005, 23:22
Localisation : Dans la pension Hinata ^^

Messagepar Naya-chan » 12 Déc 2006, 21:46

Si vous voulez je peut vous presenter les autres bouquins que j'ai lu recement, mais ?a a pas l'air de provoquer beaucoups de reactions...
Bienvenue sur Anime-Ultime !!! :)
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Naya-chan
Célébrité
 
Message(s) : 1028
Enregistré le: 14 Juin 2006, 20:01
Localisation : Près de mes rosiers en train de bricoler...

Re: vos livres.

Messagepar Naya-chan » 23 Sep 2008, 18:51

Pas si fous, ces français !

Imaginez un pays dont les habitants travaillent 35 heures par semaine, ont droit à 5 semaines de congés payés par an, prennent des pauses-déjeuner d’une heure et demie, ont une espérance de vie des plus longues, malgré une tradition culinaire des plus riches. Un pays où survit le petit commerce à l’ancienne, dont les habitants adorent faire le marché le dimanche matin, et bénéficient du meilleur système de santé du monde. Un pays dont les entreprises comptent parmi les moins syndicalisées et les plus productives et la société de consommation parmi les plus prospères du monde.
Vous êtes en France.

Imaginez maintenant un pays dont les citoyens font preuve de si peu de civisme qu’il ne leur vient pas à l’esprit de ramasser les crottes de leur chien, ni d’apporter une contribution régulière aux œuvres caritatives. Où les gens s’attendent à voir l’Etat s’occuper de tout puisqu’ils paient beaucoup d’impôts. Où le client est généralement servi avec nonchalance, voir impolitesse. Où l’Etat reste très centralisé et interventionniste et où les fonctionnaires représentent un quart de la population active. Où toute forme d’initiative privée est mal considéré et où les syndicats sont si influents qu’ils infléchissent les décisions du gouvernement et contrôlent même la gestion de certains ministères.
Vous êtes toujours en France.

Nous nous sommes retrouvés face à ces contradictions lors de notre arrivée en France en janvier 1999 pour un séjour de 2 ans. Celles-ci parmi d’autres… On parle par exemple du célèbre «paradoxe Français » : aucun diététicien n’a su expliquer à ce jour pourquoi les Français peuvent fumer, manger et boire comme ils le font et pourtant vive plus longtemps, être plus sveltes et connaître moins de problèmes cardio-vasculaires que les Américains.
Autres paradoxes Français : malgré de lourds impôts, un fonctionnariat disproportionné, un dette nationale énorme, une économie jugulée par une réglementation stricte, une bureaucratie surdimensionnée, un taux de chômage élevé et des mesures insuffisantes pour aider les chefs d’entreprise, la France à l’aube du troisième millénaire peut se vanter d’être le premier pays du monde pour son taux de productivité par heure travaillée, le troisième pour ses exportations et le quatrième pour sa puissance économique. Cette réussite paradoxale nous a interpellés. De toute évidence, la France n’affichait aucune des conditions généralement jugés nécessaires à une croissance économique rapide.
En observant la France, nous avions l’impression de contempler deux pays en même temps. A la fois autoritaire et incroyablement inventif, ayant perdu sa gloire d’antan et continuant cependant d’exercer une influence remarquable sur la scène internationale, c’était un pays traditionnel, voir archaïque, et hypermoderne à la fois qui se présentait à nous.

[…]

Les Français affirment par exemple que leur trains sont constamment en retard et que leur système de santé est au bord de l’effondrement. Or nous avons pu constater par nous-même que le service ferroviaire Français est remarquable – les conducteurs s’excusent dès qu’ils ont quelques petites minutes de retard ! - et que les Français bénéficient de soins médicaux de qualité. Nous avons donc relativisé les propos exprimant des généralités de ce genre, à fortiori lorsqu’ils concernaient la démocratie, la mondialisation ou le racisme dans leur pays.


Un livre amusant et très instructif sur la France. Quelques passages un peu longs mais ça donne une bonne idée de la France (et de José Bové qui les a apparement marqués...)
Bienvenue sur Anime-Ultime !!! :)
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Naya-chan
Célébrité
 
Message(s) : 1028
Enregistré le: 14 Juin 2006, 20:01
Localisation : Près de mes rosiers en train de bricoler...

Suivant

Retour vers Bibliothèque

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invités